Marysoleil

Partager :

Je suis la maman de Aymeric, né à 32 semaines de grossesse. Du haut de ses trois livres, mon fils a mené de grandes batailles! Pendant notre séjour à l’hôpital, j’ai souvent eu le cœur brisé à l’idée qu’il pleurait probablement la nuit et que je n’étais pas là pour lui. Ce qui a été le plus dur à vivre, ça a été l’incompréhension, l’incertitude, le fait de devoir jongler avec la vie qui continue à l’extérieur des murs de l’hôpital, et de sentir mon ventre vide et mes bras aussi… Avoir un bébé prématuré, c’est sauter de joie parce qu’il a pris quelques grammes pendant la nuit; c’est espérer chaque matin recevoir de bonnes nouvelles; c’est avoir peur que le téléphone sonne et que ce soit l’hôpital, parce qu’il y a eu des complications…