« On n’oublie jamais à quel point ils sont si petits, mais si FORTS. »

Partager :

« Maman du petit Jaykob, né à 25 semaines & 6 jours de grossesse par césarienne d’urgence. Ce fut un énorme choc. Un grand combat s’annonçait. Un grand parcourt, de longues semaines à observer et à espérer la vie de notre fils. Je vous écris ce témoignage avec le cœur gros. Ce fut un 4 mois de sourires, de pleurs, d’acharnement. De grandes batailles! J’ai eu peur, j’ai souri. La première fois que j’ai pu toucher mon fils, le voir, j’ai eu cette grande émotion, cette boule de tristesse et d’angoisse. À ce moment-là, j’ai compris que j’avais des deuils à faire, mais aussi j’ai su dès cet instant que mon fils allait se battre, allait survivre. Que peu importe les pronostics, nous allions les surmonter, on allait se battre aussi fort et les contre dires. Aujourd’hui, mon garçon a 22 mois. Il est en parfaite santé, il marche, court. Souris et m’aime d’amour. Chaque câlin, me ramène à il y a 22 mois. Chaque fois qu’il me prend la main, comme il le faisait, me ramène à ses nuits blanches, à toutes ses fois où l’on s’est tenue la main durant des heures. Nos prématurés sont de vrais combattants. On n’oublie jamais ces sons, le son des machines, du respirateur, de l’oxygène… On n’oublie jamais à quel point ils sont si petits, mais si FORT.
Cher parent qui est présentement auprès de ton bébé, ne perds jamais espoir en ton petit miracle, en ton enfant. Ils sont de vrais combattants. Leur histoire restera leur histoire. Leur combat, resteront NOTRE combat. Soyez fort, soyez courageux et toujours garder ESPOIR.

-Jessyca, maman d’un petit combattant