Partager :

L’enfant prématuré est exposé à plusieurs problèmes, car il manque encore de réserves et plusieurs de ses fonctions sont immatures.

Syndrome de détresse respiratoire

C’est le problème le plus fréquent chez les prématurés en raison de l’immaturité de leurs poumons. C’est pourquoi certains prématurés auront besoin d’être mis sous respirateur.

Anomalie dans le développement des poumons

Cette complication se présente chez les nouveau-nés nés avant 32 semaines de grossesse et ayant reçu de l’oxygène à l’aide d’un respirateur pendant une longue période de temps.

Arrêt temporaire de la respiration et irrégularité du rythme cardiaque

Comme le cerveau n’est pas encore mature, le contrôle de la respiration et du rythme cardiaque est plus difficile. Les prématurés ont donc des irrégularités respiratoires et cardiaques. Ils seront souvent reliés à un moniteur cardiorespiratoire pour assurer la surveillance de leurs signes vitaux.

Reflux gastro-oesophagien

Le muscle contrôlant l’ouverture de l’estomac des prématurés est encore immature, ce qui permet au contenu de l’estomac de remonter dans l’œsophage. Environ 3 à 10 % des grands prématurés souffriront de reflux gastro-oesophagien.

Jaunisse

Cette condition est plus fréquente chez les bébés prématurés puisque leur foie est immature et l’alimentation, souvent retardée. Les bébés prématurés ont besoin de photothérapie pour traiter cette condition.

Anémie

Les bébés prématurés sont plus à risque de souffrir d’anémie, car environ 80 % des réserves de fer sont accumulées pendant le dernier trimestre de la grossesse. Une croissance rapide à la suite de la naissance contribue aussi à augmenter ce risque.

Infections

Les bébés prématurés sont plus à risque d’infections en raison de leur peau fragile et perméable, de leur système immunitaire qui n’est pas complètement développé, de leur petit poids et des nombreuses procédures médicales auxquelles ils sont exposés. Les infections peuvent se développer aussi bien durant la grossesse qu’au moment de l’accouchement ou durant l’hospitalisation. Ces infections sont généralement traitées par des antibiotiques.

Atteinte du cerveau

L’hémorragie cérébrale touche 30 % des bébés nés avant 30 semaines ou pesant moins de 1 500 g. Elle est due à la fragilité de certaines zones du cerveau chez les prématurés. Des vaisseaux sanguins peuvent alors saigner si la pression augmente. Les séquelles varient selon la gravité des saignements. Des interventions simples peuvent toutefois prévenir ces hémorragies.

Entérocolite nécrosante

Cette complication est une inflammation de l’intestin qui peut être fatale. Elle se produit surtout dans les deux premières semaines suivant la naissance et touche 5 à 10 % des bébés qui pèsent moins de 1 500 g.

Malformation cardiaque

Certains bébés prématurés peuvent souffrir d’un souffle au cœur, car leur canal artériel n’a pas eu le temps de se refermer.

Surdité

La fonction auditive est souvent immature chez les prématurés. On estime que 2 à 10 % des bébés nés à 32 semaines de grossesse ou avant auront des problèmes d’audition.

Rétinopathie

Cette anomalie touche les yeux des prématurés et consiste en une croissance anormale des vaisseaux sanguins dans l’œil, ce qui fait décoller la rétine, la membrane recouvrant le fond de l’œil. La cause principale est l’administration d’oxygène. Elle touche surtout les bébés nés avant 28 semaines et peut parfois causer la perte de la vision.

Virus respiratoire syncytial (VRS)

Le virus respiratoire syncytial (VRS) est un virus très courant qui cause des symptômes ressemblant à ceux d’un rhume.

Chez les nourrissons de moins de trois mois, nés prématurément, vulnérables aux infections pulmonaires ou présentant une maladie cardiaque congénitale, le risque d’hospitalisation à la suite d’une infection par le VRS pourrait être accru. (référence : Les maladies hivenales courantes

En raison de ces nombreuses complications possibles, il se peut qu’un bébé prématuré soit hospitalisé durant plusieurs semaines, voire plusieurs mois, à l’unité néonatale de l’hôpital après sa naissance. Par exemple, un bébé né avant 28 semaines de grossesse restera à l’hôpital jusqu’à la date où il aurait dû naître. S’il est né entre 35 et 36 semaines, il quittera l’hôpital dans les délais normaux.

« Source : http://www.naitreetgrandir.com »